Dessiner avec une tablette graphique

Si vous aimez le dessin sous toutes ses formes, il faut tester une tablette graphique.
Certains penseront peut-être que ce n’est pas pareil, qu’ils préfèrent le concret plutôt que des pixels, ou que ça reste moins agréable qu’un bon crayon…

Mais imaginez deux secondes pouvoir gommer des traits sans laisser de traces ?
Pouvoir copier une partie de dessin et la coller plusieurs fois ?
Pouvoir créer un symétrique en retournant simplement un bout d’image ?
Choisir la couleur que l’on veut sur une palette de couleurs infinies ?
Revenir en arrière avec ctrl+z quand un trait est mauvais ?
Augmenter les contrastes en un clic ?
Ajoutez du flou, renforcer les détails, donner un effet de vieux papier,
d’aquarelle, de gouache, de fusain, de tous les outils possibles et imaginables ?

Avec une tablette, vous regardez l’écran et non votre feuille (la tablette)
cela veut dire que vous allez devoir vous habituer à poser votre stylet « au pif ».
Bien sûr vous le verrez à l’écran mais il faudra avoir la main légère pour ne pas tracer avant d’être au bon endroit ! Par ailleurs, il faut une certaine dissociation de la main et du regard puisque vous tracez dans un plan plus ou moins à 90 ° de votre visualisation.
Pas facile au début.

Une tablette de petite surface vous obligera à choisir entre deux options.
Travailler sur une partie de votre écran seulement ou travailler à une échelle
différente entre la main et l’œil.

Deux exemples:

Exemple 1
Vous avez un écran de 30 cm de large et une tablette de 15 cm (c’est le cas d’une A5). Si vous tracez un trait de 1 cm sur votre tablette, il y aura un trait de 2 cm sur votre écran. mais vous pourrez dessiner sur toute la surface de votre écran.

Exemple 2
Vous décidez de travailler à l’échelle 1:1 (on dit aussi au format « tel ») et dans ce cas la tablette faisant 15 cm de surface sensible, seule une partie de l’écran sera atteinte par votre stylet. Dans ce cas 1 cm de tracé sur la tablette donnera 1 cm à l’écran. Mais vous risquez de peiner pour atteindre vos menus.
Si votre configuration supporte de conserver votre souris en plus de votre tablette, c’est la solution mais vous n’avez pas fini de jongler.

Conclusion, essayez d’avoir un écran et une tablette d’une surface proche.
Naturellement, la tendance étant aux écrans larges, il devient difficile de suivre avec les tablettes qui sont d’autant plus coûteuses qu’elles sont grandes.

Tablette graphique

Tablette graphique

La tablette graphique est un outil formidable pour dessiner, mais il faut l’accompagner d’un très bon logiciel (photoshop, the gimp…) pour l’utiliser car ces logiciels ont la particularité de pouvoir régler la pression de la tablette, ce qui permet de faire des traits fins en appuyant légèrement ou épais en appuyant un peu plus, comme si on dessinait en « vrai ».

Pour terminer, il n’y a pas lieu de comparer les tablettes et leur stylet avec une feuille et un crayon. Il faut juste savoir que les deux existent, que les deux procurent des « sensations » créatives.
Et des angoisses parfois !

Mais on peut préférer l’odeur de la « taillure » de crayon à celle de la tablette dont le plastique chauffe… eh oui, j’arrive à faire chauffer ma tablette ! Rarement ma feuille à dessin, je l’avoue.

Le crayon pardonne moins que la tablette, mais la tablette oblige à une certaine adaptation.

La position, la glisse sur le support sont différentes. Ce n’est pas un hasard s’il y a une génération qui est super habile à la tablette et presque incapable de faire un bon croquis.

Cet article est une synthèse d’un fil de discussion du forum du cours de dessin en ligne Signus